Formation professionelle pour les jeunes handicapés mentaux au Sri Lanka
Colombo, Sri Lanka

Daya Mina a pour l’objectif de Daya Mina d’accroître l’autosuffisance des jeunes handicapés mentaux en leur enseignant des compétences de la vie qui leur permettront de participer aux processus de travail, aux sports et aux loisirs. Ces compétences comprennent des compétences en communication sociale et la participation aux activités sociales.

Le centre de Daya Mina souhaite offrir une formation professionnelle spéciale aux jeunes handicapés mentaux. En premier lieu, le centre souhaite mettre en place trois formations pour lesquelles des formateurs et du matériel sont nécessaires. Ces formations sont destinées à 26 des 62 étudiants du centre et dureront quatre ans.

Montant requis: € 6.400,- dans quatre ans
(€ 1.600,- par an)

Montant recueillis: € 6.100,-

Information du projet
La situation

Au Sri Lanka, les handicapés mentaux figurent parmi les membres de la société les moins acceptés. Ils sont considérés comme incurables et qu’il n’y a aucune perspective de changement et de progrès. Les personnes atteintes de ce handicap – causées par exemple par la méningite, le manque d’oxygène à la naissance ou une forme d’autisme ou de syndrome de Down – peuvent souvent se développer dans les limites de leurs possibilités, mais qu’un soutien particulier est nécessaire, ce qui est malheureusement rare au Sri Lanka.

Le centre Daya Mina de Colombo est destiné aux jeunes incapables de fonctionner de manière adéquate, indépendante ou appropriée en raison d’un handicap ou de difficultés d’apprentissage. Ils ont besoin d’une formation ou d’une éducation spécialisée pour pouvoir occuper la place qui leur revient dans la société et apporter une contribution à la société.

Daya Mina a trois bâtiments adjacents avec 14 salles de classe, un étage où les étudiants peuvent apprendre à vivre de manière autonome et une maison où certains étudiants (accompagnés) vivent de manière indépendante. En raison de l’acceptation sociale croissante, le nombre d’étudiants est passé à un nombre record de 62 étudiants au fil des ans. Ils sont soutenus et guidés par 12 employés et un certain nombre de volontaires locaux et internationaux.

L’importance du projet

Daya Mina a pour objectif d’enseigner aux jeunes handicapés mentaux des compétences de vie qui leur permettront de participer aux processus de travail, au sport et aux loisirs. Ces compétences comprennent des compétences en communication sociale, l’autonomie et la participation à des activités sociales.

Des centres de formation spéciaux pour les jeunes handicapés peuvent enseigner à ces jeunes des compétences de vie et des compétences professionnelles précieuses et leur fournir une expérience de travail utile à travers des activités de production pratiques.

L’organisation de mise en œuvre

Daya Mina travaille pour ce groupe de jeunes depuis 25 ans.

Daya Mina est un centre pour handicapés mentaux au Sri Lanka fondé en 1989 par les Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie (SCJM). Le centre est soutenu depuis 1998 par la fondation établie aux Pays-Bas qui réalise des collectes de fonds (par exemple pour les bâtiments et les moyens de transport) pour Daya Mina au Sri Lanka. La vision de Daya Mina est que tout le monde devrait avoir la possibilité de vivre pleinement sa vie, indépendamment de sa race, de sa caste ou de ses croyances.

Savoir plus sur Daya Mina? Regarder https://dayaminascjmservices.org/

Les résultats attendus

Le centre Daya Mina veut donc offrir une formation professionnelle à certains jeunes handicapés mentaux. En premier lieu, le centre souhaite mettre en place 3 formations pour lesquelles des formateurs et du matériel sont nécessaires. La formation est destinée à 26 des 62 étudiants du centre et durera quatre ans.

La chance de durabilité

Ces dernières années, la Fondation Van Doorn a apporté plusieurs contributions financières à Daya Mina, avec lesquelles un certain nombre d’étudiants pourraient recevoir une formation en compétences de vie. Certains d’entre eux sont désormais suffisamment qualifiés pour pouvoir acquérir des compétences professionnelles concrètes.

Les étudiants de Daya Mina ont, par exemple, appris à faire leurs achats dans les supermarchés locaux, à s’occuper des tâches ménagères, à mener des activités de restauration, à guider d’autres jeunes handicapés, à participer à des activités parasportives et à travailler dans l’artisanat (par exemple en fabriquant des tapis) et dans des restaurants comme McDonalds.

L'état d'avancement du projet

En 2018, la Fondation a commencé la collecte de fonds et la subvention pour la première année (2018-2019) a été mise à disposition mi-2018. Daya Mina a ainsi pu démarrer les trois cours prévus (1) peinture sur tissus, (2) confection de vêtements, nappes, napperons et oreillers et (3) fabrication de gaufrettes. Au printemps 2019, le fondateur et trésorier de la Fondation a rendu une visite au Daya Mina Centre spécial. La visite de travail a été instructive et émouvante et a suscité beaucoup de respect. Les jeunes présents étaient incroyablement désireux d’acquérir des compétences et ont fièrement montré leurs créations. Beaucoup ont clairement du talent pour peindre des tissus qui sont ensuite utilisés pour fabriquer des vêtements, des nappes et des serviettes. Pour la deuxième année (2019-2020), les fonds nécessaires à l’achat du matériel pour poursuivre ces formations ont également été mis à disposition. Pour la troisième année (2020-2021), les fonds nécessaires à l’achat du matériel pour poursuivre ces formations ont également été mis à disposition. En attendant, la collecte de fonds se poursuit.

Les fonds nécessaires

Le coût total des quatre années de formation est estimé à € 14 000:

  • Un entraîneur, des tissus, de la peinture et des pinceaux sont nécessaires pour la formation en peinture des tissus – coûts: € 3 750;
  • un entraîneur, des machines à cuire et des ustensiles de cuisine sont nécessaires pour la formation en boulangerie et pâtisserie – coûts: € 5 350; et
  • des machines à coudre et des fournitures de couture sont nécessaires pour la formation en couture – couts: € 4 900.

Sur une période de quatre ans, Daya Mina au Sri Lanka mettra à disposition € 2 200, la Fondation Daya Mina aux Pays-Bas € 5 400 et la Fondation Van Doorn € 6 400 (€ 1 600 par an).

Une campagne de collecte de fonds lors du 70e anniversaire de Paul, notre fondateur et trésorier, a rapporté le montant pour la première année (€ 800 collectés lors de l’anniversaire, doublé par le fondateur lui-même) afin que nous puissions commencer en 2018! Entre-temps, les fonds ont également été levés pour la deuxième et troisième année.